Histoire et patrimoine

Un patrimoine remarquable :

 

L’histoire avant l’histoire

L’histoire de Villerest commence au paléolithique. Il y a plus de 25000 ans, des chasseurs-cueilleurs établissent un campement au « Saut du Perron » dans les gorges de la Loire. Les premières découvertes, aujourd’hui submergées par les eaux du barrage, datent de 1880.

Un monument curieux : l’oppidum celtique, communément appelé « château brûlé » est en réalité un rempart datant de l’âge du fer.

C’est à la période gallo-romaine, dans notre pays « ségusiave » que s’implante un premier cœur de village, sur la colline de Saint Sulpice, avec la présence d’une villa sous l’actuelle chapelle Saint Sulpice. Site clunisien, la chapelle reste l’édifice le plus ancien bâti sur le territoire actuel de Villerest. Cette église romane érigée au XIIe siècle, a révélé dans son abside des peintures murales remarquables.

Au moyen âge, les guerres de religion font rage dans la contrée et Antoine d’Urfé viendra mourir sous les remparts de Villerest….

Aujourd’hui, le bourg médiéval a conservé une partie de ses remparts avec sa porte principale dite « Porte de Bise » et des maisons d’époque à colombage.

Des moines à Villerest (site Clunisien) 

L’influence de Cluny se fait sentir dès la fondation de la célèbre abbaye au Xe siècle. Un premier prieuré s’établit sur les terres de Villerest. Les moines développent alors la vigne et rapidement un village fortifié se colle au monastère et à l’église.

L’église de Saint Priest (deuxième monument Clunisien de Villerest) est comprise à l’origine dans l’enceinte du prieuré, ce site est mentionnée dès 1031. Son choeur est orné de peintures du XVième et XVIIIième.

Les siècles suivants, la bourgade se transforma progressivement en un village rural.

En 1824, les deux petits villages de Villerest et Saint Sulpice  fusionnent en un unique territoire.

Dès le XVIIIe siècle, les paysages romantiques du vignoble, des gorges de la Loire et des abords du village font de Villerest un lieu convoité par la bourgeoisie roannaise qui vient s’y mettre au vert. Louis Noirot et sa famille s’installent dans le village. Son fils, le célèbre peintre Émile Noirot aime à peindre sur le motif et notamment les bords de la Loire. 

La Loire : de la papeterie à la construction du barrage 

Le XIXe voit l’installation d’une grande papeterie spécialisée dans la fabrication des confettis et serpentins ; elle perdurera jusqu’à la construction du barrage (en 1980) qui entraînera sa destruction et sa submersion.

Le barrage de Villerest sur la Loire est une première réponse face à la régulation des crues de la Loire et des sécheresses, il fait partie d’un système de sécurité d’approvisionnement en eau des centrales nucléaires de la région Centre. En période sèche, il assure aussi l’approvisionnement en eau potable de l’aval et préserve les écosystèmes aquatiques du fleuve. Le barrage produit aussi de  d’électricité.

Sa construction a entrainé́ la création d’un lac (d’une capacité maximum de 300 millions de m³ en période de crue) s’étendant sur 36 km de long et une surface de 770 hectares.

Il est possible que la vitalité médiévale de Villerest soit liée à la présence d’une école de clercs, souvent citée dans les testaments à l’occasion de legs qui lui sont adressés, mais cette école demeure très mal connue. Sa disparition est-elle à l’origine du déclin de la villette ?

En savoir plus

Dédiée à Saint-Sulpice, évêque de Bourges, dont on vient de retrouver l’effigie naïve peinte au XIVe sur l’intrados d’une fenêtre du chœur, la chapelle est en fait l’ancienne église d’une paroisse disparue à la fin du premier Empire, absorbée par sa voisine Villerest.

En savoir plus

Villerest est très proche de Roanne, la Rodumna antique, ville importante des Ségusiaves.
Il n’est donc pas étonnant que son territoire ait pu livrer des vestiges de l’époque gallo romaine.

En savoir plus

C’est à Villerest, dans un méandre des gorges de la Loire, que se trouvait avant la mise en eau du barrage, le seuil rocheux du saut du Perron, à proximité duquel les hommes préhistoriques avaient établi des campements importants. Les premières découvertes datent de 1880.

En savoir plus

La protohistoire, et plus précisément l’âge du fer (- 800 à -200), a légué à Villerest un de ses « monuments » les plus curieux, le « Château-Brûlé de Lourdon », étonnante muraille vitrifiée.
Cette fortification linéaire, longue d’environ 90 m, réduite aujourd’hui à un bourrelet de rocailles fort difficile à distinguer sous la végétation qui le recouvre, était à l’origine un véritable rempart qui barrait un promontoire limité par deux vallons abrupts, la Goutte Lourdon et la Goutte Claire.

En savoir plus

Beaucoup de récits sur les origines de Villerest, repris en boucle dans certaines publications, ne reposent en fait sur aucune source historique sérieuse.
C’est le cas de ceux qui imaginent l’installation de moines de Cluny à St Sulpice dès les VIIe et VIIIè siècle alors que l’abbaye bénédictine n’est fondée qu’en 910 !

En savoir plus